Shakira comparat devant un tribunal espagnol aprs des allgations de fraude fiscale

Shakira comparat devant un tribunal espagnol aprs des allgations de fraude fiscale

Shakira nie toute malversation quant à son dossier de fraude fiscale en Espagne. 

En décembre, les procureurs ont inculpé la pop star de 42 ans pour n'avoir pas payé 14,5 millions d'euros d'impôts entre 2012 et 2014, quand elle vivait principalement à Barcelone avec son mari et joueur de foot, Gerard Piqué, et ils l'ont inculpée de six chefs d'accusation de fraude. Elle risque une peine de prison, si elle est déclarée coupable. Shakira a témoigné devant un juge au sujet du dossier jeudi et a dit qu'elle avait commencé à vivre en Espagne en 2015 et qu'elle n'avait aucune dette envers le fisc, comme la chaîne espagnole 24 Horas l'a annoncé. 

"Shakira a toujours, y compris durant la période comprise entre 2011 et 2014, payé ses impôts dans tous les pays dans lesquels elle a travaillé", a dit la société de RP de Shakira dans une déclaration jeudi.

Le groupe a aussi dit que "dès qu'elle a été informée de la somme qu'elle devrait payer selon le fisc espagnol... Shakira a payé cette somme dans son intégralité". 

L'accusation affirme que dans le but d'une fraude fiscale, Shakira a prétendu vivre à l'étranger tout en résidant avec Piqué en Espagne, et elle aurait utilisé des sociétés factices pour cacher ses revenus dans des paradis fiscaux, comme Billboard l'a écrit en citant les médias espagnols. 

Les représentants de Shakira avaient dit par le passé que pendant les années étudiées par la cour, la pop star était encore résidente des Bahamas, où elle avait acheté une maison avec son ex petit ami, et qu'elle avait changé légalement son pays de résidence à l'Espagne en 2015, selon Billboard. Mais la chanteuse a dit dans une interview dans un talk-show espagnol en 2011 qu'elle vivait déjà "officiellement à Barcelone" à l'époque, a ajouté Billboard.

Il a aussi été précisé qu'en 2018, Shakira a payé au fisc espagnol plus de 20 millions d'euros en arriérés d'impôts dus pour 2011, et encore 14,5 millions d'euros pour les années 2012-2014 comme mesure de bonne foi, avant que les inculpations de fraude fiscale ne deviennent publiques.